Le pays basque, intéressé par le référendum écossais

decouvrir la cote basque

La semaine dernière, ce sont des millions de personnes qui ont exprimé à Barcelone leur volonté sur la mise en place d’un référendum dont le but serait de voter pour l’indépendance de la Catalogne. Cet événement a bien sûr été suivi de près par les basques qui soutiennent les indépendantistes. Une telle situation n’est pas sans précédent. Au final, cela devrait toujours se terminer par des négociations comme ce fut le cas pour l’Angleterre et l’Ecosse.

L’exemple de l’Ecosse

L’Ecosse est l’exemple même de l’aboutissement de ce genre de manifestation. Ce jeudi prochain, le sort de l’Écosse sera entre les mains de 4 millions d’Écossais qui exprimeront leur voix devant les urnes. Quitter le Royaume-Uni ou pas, tel sera l’enjeu de ce référendum. Si ce vote a pu avoir lieu, c’est parce que le parlement écossais et le premier ministre britannique sont parvenus à un accord.

Des changements sur la carte de l’Europe

Ces manifestations ravivent non seulement le désir d’indépendance des partisans catalans, mais soulève aussi les cœurs au Pays basque. La revendication d’un référendum revient constamment dans le sud-ouest de la France depuis les années 1990 au sein du parlement d’Euskadi. Cette demande s’est toujours heurtée à l’opposition des autorités, alors que la meilleure façon de résoudre ce conflit serait de laisser les personnes concernées s’exprimer avec leurs propres voix.

Cette fois-ci, ce sont de nombreux élus qui sont d’accord avec la mise en place d’un référendum. Il faut être prêt à changer la carte de l’Europe et ne pas avoir peur des conséquences lorsque la démocratie puisse s’exprimer. Bien que cela soit une première en Europe, les changements de frontières grâce à la démocratie ne présentent pas de grands risques, contrairement aux changements de frontières après les guerres.

Ce que craignent les états européens

Les autres pays de l’Europe voient un risque dans ce genre de référendum. De peur que cette envie d’indépendance ne gagne du terrain dans d’autres pays, tous croisent les doigts pour que le « NON » emporte sur le « OUI ». Il est évident que ce genre de Finlande en me donne des idées à d’autres localités, chose qui n’est pas admissible pour une Europe qui doit encore faire face à la crise que ce soit sur le plan social ou sur le plan économique.

Le vent du changement souffle

Quel que soit le résultat du référendum, si celui-ci a lieu bien sûr, il faut constamment garder en tête que cela ne change rien dans les habitudes touristiques des vacanciers les amateurs de camping qui viennent au Pays basque chaque année.

  • Découvrir aussi